Kaléidoscope Home

Album J’AI VU Guy Lapointe

apercu_avec_barre

 

Guy Lapointe
J'ai vu

Le premier album de Guy Lapointe, J’ai vu, sorti en 2011, comporte 13 compositions aux thématiques éclatées et originales.

Ce premier album, après un long parcours très « Rock N’Roll », était le véritable aboutissement du projet d’une vie.

« Dès que j’ai su jouer trois accords, j’ai commencé à écrire des chansons », racontait l’auteur-

compositeur-interprète, au reporter culturel de Rue Frontenac, à sa sortie (c’était pendant la grève du Journal de Montréal). « C’est passé proche à plusieurs occasions que je puisse sortir un disque, mais ça a toujours foiré. Des coups de malchance, mes problèmes de consommation… J’ai toujours été empêché de travailler mes idées par toutes sortes de raisons. Jusqu’à aujourd’hui. »,

Guy Lapointe compose des chansons depuis son adolescence. Il a notamment collaboré au premier album des Colocs pour lequel il a reçu un disque platine et le prix Chanson classique de la SOCAN » , en tant que coauteur de la chanson Dédé.

Éclaté

A nouveau Philippe Meilleur :

« J’ai vu prend en effet la forme d’un catalogue des expériences et des réflexions d’un homme qui en a vu d’autres. « J’adore composer, dit-il. Les thèmes sociaux, historiques et politiques m’intéressent spécialement, même si ce n’est pas toujours conscient. Je m’inspire de ce que je vois, de ce qui m’entoure. »

« La villa Borghèse, par exemple, décrit des scènes croquées sur l’île italienne de Capri. Sur la pièce éponyme, J’ai vu, il replonge dans son passé. « J’ai bu pour oublier mes peines, embraser mes joies, chante-t-il. J’ai bu la mort de mes amis, les échecs de ma vie, j’ai bu à en crever, gelé comme un suicidé, à m’en éclater la panse, noyé, désespéré. »

Malgré la lourdeur de certains morceaux, ce premier disque se veut sans prétention. « Je ne suis pas un excellent musicien, techniquement parlant, dit Guy Lapointe. Je suis plutôt un bon entertainer, un rassembleur, surtout sur scène. »

Projet d’une vie

« L’artiste a donc fait appel à des amis as de la guitare et de la batterie pour compléter l’œuvre qu’il avait en tête. On note entre autres, la présence de Daniel Volj à la réalisation et à la basse et de Martin Bachand aux arrangements. »

« Je me compte chanceux d’avoir pu profiter de leur savoir-faire, dit Guy Lapointe à leur sujet. J’avais souvent une idée de la direction d’une chanson, mais c’est vraiment avec eux et les autres musiciens que tout s’est mis en place. »

« Guy Lapointe est surtout content, ultimement, d’avoir simplement réussi à enregistrer cet album. Au-delà des objectifs artistiques et commerciaux, sur lesquels il n’a d’ailleurs qu’un contrôle relatif, il est heureux d’être parvenu à réaliser ce vieux rêve. »

« Créer tout un disque en étant entièrement sobre m’a fait réaliser que j’avais franchi une nouvelle étape, dit-il en vidant sa tasse de café noir. Je suis maintenant un « adolescent mature », comme j’aime dire, et je suis content de pouvoir présenter une facette de moi heureuse et lumineuse. Il y a dix ans, ça aurait été pas mal plus dark que ça… »

Le projet d’une vie, qu’on disait.

J’ai Vu se veut donc :

Un album dont le contenu passe du plus léger au plus grave; avec des thèmes, une forme et des styles variés. Il passe du plus doux, au plus givré, avec des tounes qui brassent et d’autres qui bercent, d es chansons d’amour mais aussi de réflexion, il joue avec les styles et les niveaux de langue. On en a dit qu’il était inclassable.